Le toujours très pertinent Henry Jenkins publiait hier un texte fort intéressant dont le point de départ est une interrogation sur la possibilité d’instrumentaliser le jeu vidéo et d’en faire un puissant outil d’aide à la prise de décision. Il s’agirait de créer un jeu divertissant basé sur des informations du monde réel et d’utiliser les ressources intellectuelles combinées des joueurs pour résoudre des problèmes réels en récoltant des informations sur leurs décisions. Une sorte de croisement étrange entre SETI@home et SimCity. Jenkins clarifie ensuite les concepts d’intelligence collective de Pierre Lévy et de wisdom of the crowd de Surowiecki et explique qu’un tel système pourrait s’appuyer sur l’une ou l’autre de ces théories, mais qu’il importe de ne pas les confondre.

Utiliser des jeux vidéo pour canaliser le processing power caché dans le crâne des gamers… Harnacher l’intelligence humaine comme s’il s’agissait des rivières du Nord… Idée prometteuse ou rêve utopique? À première vue, plusieurs obstacles s’opposent à ceux qui tenteront de concevoir un jeu de ce genre. La difficulté de créer des modèles suffisamment fidèles de situations réelles en est un bon exemple.

Cependant, un récent épisode de Southpark existe pour nous rappeler que l’idée d’un jeu vidéo servant d’interface entre le cerveau humain et un problème bien réel n’est peut-être pas si farfelue…